Ça se passe comme ça chez McDonald’s: Maternity leave and due date

Comment ça, 40 jours sans article, sans écrire, sans donner de nouvelles?!! Heureusement le petit instagram parle en mon nom et vous livre quelques moments spontanés de vie. Alors, il s’est passé quoi depuis? Hier, c’était ma fête 🙂 et sinon ?

1- Ça

Gros bidon

C’est une bonne excuse non ? 8 mois que je promène mes rondeurs cette semaine, avec plus ou moins d’entrain. Il faut dire qu’ici à Miami, le climat d’été est insupportable (j’entends déjà des voix s’élever!). Je m’explique: 35° et 100% d’humidité, c’est très dur pour une femme enceinte, même mon médecin le dit 🙂 Tous les jours, j’invoque le dieu du climat pour qu’il nous évite l’Ouragan catégorie 5 qu’on nous prévoit tous les ans….

Ces dernières semaines ont été consacrées aux achats, finalisation et préparation de l’arrivée de baby boy. Je profite que mon cher et tendre soit (un peu) à la maison pour lui faire porter, monter, déplacer cartons, meubles, matériel… j’en use et j’en abuse avec une motivation diabolique!

2- Le suivi à la clinique

photo (3)

Son petit bonnet de naissance

De ce coté, tout va bien et tout est en ordre. Je me suis inscrite comme à l’école, et je connais déjà les prochaines étapes vu qu’il s’agit de la même clinique que pour ma fille, et du même médecin à qui je voue une grande admiration (surtout j’espère qu’il sera aussi bon que la dernière fois)!

Ayant eu une césarienne il y a 2 ans et demi (allez voir la signification de breech baby), j’ai donc recommandation de renouveler l’expérience. Je suis un peu déçue mais je pense en priorité au bien être de mon bébé, à m’éviter du stress et surtout je fais confiance à mon médecin.

Beaucoup débattent sur ce sujet très personnel, tu devrais faire ou faire ça. Mon avis ? S’informer d’abord sur les risques et les raisons de ce choix, se dire que chaque cas est différent et être confronté à la maternité. D’ailleurs, en revoyant les épisodes de Baby boom saison 1-2 et 3 (qui me font pleurer à chaque fois!), je reste persuadée que la meilleure des choses à faire, c’est de faire confiance aux professionnels (et d’arrêter de penser qu’ici, aux US, ils encouragent la césarienne). Ci-dessous la vue de la clinique.

La vérité est plutôt qu’aux US, certains praticiens sont OK pour un déclenchement de l’accouchement (par voie basse) à l’approche ou terme de la grossesse. Une pratique peut être liée au manque de considération de la femme enceinte au travail ou du peu de garanties au niveau emploi (voir point 3): Travailler jusqu’au jour du terme fait partie des habitudes ici, pour garder le plus de temps possible après avec son bébé. Mais jamais aucun médecin ne vous forcera la main.

D’ailleurs, gros point positif, c’est toujours votre gynéco qui vous accouchera (ce sont souvent des cabinets de 3 gyneco que vous voyez à tour de rôle pendant la grossesse, et dont un est de garde en salles de naissance chaque jour). Je vous passe les détails d’assurance santé, j’en ai déjà parlé ici

3 – Maternity leave

vite!! Bébé arrive

vite!! Bébé arrive

Super transition! Ca y est, j’ai donc négocié avec mon boss mon absence pendant quelques mois. J’ai prévu d’arrêter un gros mois avant la Due Date et de reprendre 3 mois après. S’agissant d’une petite entreprise, il n’y a pas d’accord à proprement parlé. Le code du travail américain prime et j’ai donc droit à 3 mois de congés non payés, pendant lesquels seul mon emploi est garanti, that’s it! On est loin de la France, et notamment de mon ancienne boite où j’aurais pu prendre 9 mois d’absence payés (100% puis dégressif), le rêve…

Si vous suivez un peu l’actu américaine, vous savez que le Président Obama a lancé un pavé (de plus) dans la mare, en ouvrant à juste titre le débat sur le Maternity leave et le fait de pouvoir le faire rémunérer quelques semaines (il a même cité la France en exemple) 🙂

Comme vous le voyez, ça bouge toujours du côté de la petite famille B, et même après l’arrivée de baby boy, mon petit doigt me dit que ce n’est pas fini…

Les tracas de l’assurance sante aux Etats-Unis

Une fois n’est pas coutume, je laisse visites, charmes et douce way of life de Miami pour vous parler d’un sujet qui nous revient comme un boomerang dans notre petite vie d’etranger aux USA: L’Assurance Sante!

A ceux qui me demandent regulierement si elle est utile quand on part vivre aux US, je reponds OUI et NON. Si vous partez temporairement, sans enfant, que vous n’avez pas de probleme de santé recurrent, alors vous pouvez parfaitement ne pas en prendre. C’est faisable avec une auto medication raisonnable. Priez juste pour ne pas vous casser une jambe 🙂 Par contre, avec enfants et situation extraordinaire (grossesse, maladie grave, handicap), c’est absolument necessaire car les frais medicaux sont tout simplement hors controle.

Douce vie de Miami..... Pas si douce parfois

Douce vie de Miami…..
Pas si douce parfois

Laissez moi vous raconter notre experience recente. Nous sommes aux Etats-Unis depuis 2009, et vraiment installes depuis 2011. Mon mari ayant change de travail, nous avons du abandonner l’assurance santé de son ex-employeur afin d’eviter de payer 100% de la cotisation (1200$ par mois pour la famille!). Certaines assurances sont moins cheres bien sur (moins de couverture aussi) ou alors vous faites partie des chanceux dont l’entreprise prend a sa charge 80% de la cotisation.

Comment choisir une Assurance ?

Les points fondamentaux pour nous etaient:

* une assurance connue et acceptee par la majorite des praticiens (vous pouvez avoir le TOP de l’assurance, refusee par un medecin car pas de contrat signe entre eux, et la ca vous fait une belle jambe)

* une prise en charge complete pour la grossesse (sans delai de carence ou pre-existing condition ou periode non couverte, car je suis deja enceinte),

* une franchise raisonnable ou co-payment / co-insurance (le montant a regler pour toute consultation ou prescription, après deduction de la prise en charge). Pour nous, 0 ou 10$ en ce moment,

* une couverture complete pour les enfants (generale, vision, dentiste)

Et pour les familles nombreuses ?

Et pour les familles nombreuses ?

Une fois le plan d’assurance active, on fait quoi ?

On previent les medecins, hopitaux, specialistes avec lesquels on traite, afin qu’ils verifient la validite du plan, la prise en charge (ce qu’on appellee les Benefits). C’est une situation qui met toute assistante medicale febrile, j’en ai fait l’experience!

Mais que s’est il passé ?

Lorsque je me suis recemment rendue a mon suivi de grossesse habituel, chez mon gyneco, la secretaire a faille s’evanouir en me voyant brander ma toute nouvelle et tres belle carte d’Assuree! Elle m’a fait une lecon selon laquelle j’aurai du prevenir avant, car en theorie, ils peuvent me refuser l’acces au cabinet sans assurance… ben voyons!

Apres avoir verifie en ligne mes Benefits, elle me dit : « c’est bizarre mais sachez que vous ne serez couverte qu’a hauteur de 2000$. Ensuite, tout est a votre charge« . La, c’est moi qui ait failli m’evanouir, lorsque je me suis rappelee la note finale de ma premiere grossesse/accouchement: 60,000$! Payee a 95% par l’Assurance heureusement.

En ayant pris un plan Platinum qui nous coute un bras, c’est impossible qu’on soit aussi peu couvert! Et aucune personne du cabinet ne voulait aller plus loin dans la discussion. On a donc passé une après midi entiere a appler Blue Cross (l’assurance), le cabinet Gyneco et recouper les infos pour finalement comprendre que les renseignements (faux) obtenues par la secretaire provenaient d’un repondeur qui a coupe. AHURISSANT!

Tout est finalement rentre dans l’ordre et après un gros stress, je vais pouvoir accoucher sereinement (j’espere) 🙂

Bebe doit etre bien couvert

Bebe doit etre bien couvert

Bon a savoir

* Les honoraires et frais medicaux sont calcules et adaptes en fonction de chaque assurance. En gros, plus votre assurance est connue et importante, plus les frais augmenteront car on considere qu’elle peut « payer ». Les factures detaillent tout: du petit comprime anti douleur a la cesarienne d’urgence!

* Medicaid ou Obamacare est enfin mis en place. Les petits revenus peuvent en beneficier sous certaines conditions et peuvent etre bien couvert. Une grande avancee ici! A partir de 2014, tous les plans d’asssurance doivent mentionner que Medicaid y est possible. Bien que je n’y sois pas inscrite, cette codification obligatoire sur mon plan a cree (encore) une « faiblesse » de ma secretaire : « Obamacare? » .

Il y a encore du chemin a faire aux Etats-Unis. Et du stress a avoir pour nous! Et la bas en France, profitez de la Secu tant qu’elle est la 🙂

 

Un deuxieme bebe en Amerique!

Et voila, la bonne nouvelle du jour! Notre petit famille va s’agrandir a l’automne pour notre plus grande joie. Le bonheur de prendre 15 kgs, de marcher en pingouin, de ne plus dormir entre 1h et 3h du matin (j’evite les nausees par contre)! Bien sur, on s’est poses beaucoup de questions: est ce le bon moment, raisonnable, pas trop tot, tard….

Finalement, il n’y a jamais de timing parfait. Little baby se presente au moment ou mon petit mari a trouve un nouveau job et va se deplacer a l’etranger 15 jours par mois (depuis le 1er mars, on ne pouvait pas faire mieux)! Tant pis, on fera comme on a toujours fait: keep going et serrer les dents. Je nous souhaite good luck quand meme dans cette nouvelle organisation 🙂

Un deuxieme bebe en Amerique

Alors, comment on fait un bebe aux US ? (disons plutot le suivi de grossesse step by step)

1- Choisir son gyneco (compatible avec votre Assurance santé bien sur) et prendre RDV pour confirmer et dater la grossesse, RDV donne uniquement après 6 SA (semaines d’amenorrhees… ah ce terme barbare) . Pour ma part, j’ai repris le meme docteur que pour ma fille, tres satisfaite. On m’a fait tout un tas d’analyses sanguines (y compris HIV), et une echo pour constater la presence du petit haricot!

2- RDV 1 mois plus tard, a environ 11 SA: encore des analyses de sang poussees (car j’aurai 35 ans… oui je sais, je ne les fais pas hihi) pour tester 5 chromosomes dont certains potentiellement defaillants (trisomies…) et le dernier, le chromosome X ou Y (garcon ou fille!). Ouiii nous saurons prochainement 🙂 Je ne sais pas si ce test est aussi pousse en France. Lors de ma premiere grossesse (suivie en France jusqu’a 5 mois), il me semble avoir su uniquement dans quelle tranche a risque j’etais…

3- RDV entre 11 et 13 SA pour une echographie morphologique et mesure de la clarte nucale (toujours pour detecter un risque de malformation ou de trisomie). J’en suis la pour ma part 🙂

La suite dans quelques temps…. en attendant bonne journee!

Visa, expatriation: mon parcours

Beaucoup d’entre vous m’ont interrogée sur le type de visa que j’ai, de quelle manière j’ai pu trouver du travail et rester sur le territoire. Petite remontée dans le temps, qui vous éclairera sur les possibilités de venir, d’habiter de travailler ici aux US

ACTE 1 2009-2010

Notre  1ere expatriation, même si en pratique, il s’agissait plutôt un voyage initiatique et aventureux. Notre projet de partir aux US datait depuis quelques années et nous avons profité d’une proposition de travail américaine « free-lance » de mon mari. Il avait auparavant demande un visa O (sportif de haut niveau), un des seuls visas ne nécessitant pas de sponsoring, valide 3 ans !

Pas encore maries à ce moment, j’ai demandé un visa touriste B1-B2 qui me permettait de rester 6 mois consécutif sur le territoire (valable 10 ans), sans possibilité de travailler ou d’étudier.  J’ai pris un congé sabbatique de 11 mois. Nous avons vécu 6 mois à 100 à l’heure, dépensant toutes nos économies, voyageant, sans assurance sante… que du bon temps, sans vraiment réfléchir à long terme.

Bilan, au bout de 6 mois, retour en France sans un sou  (obligation avec mon visa), mais avec la certitude que nous allions repartir et cette fois, dans de bonnes conditions.  Un séjour nécessaire, qui nous a permis de connaitre la ville, la vie à l’étranger et de savoir qu’on était fait pour ça !

533957_10200874876856918_453406083_n photo (2) image 3

ACTE 2 2010-2011

Mon mari a continue son job depuis la France, alternant déplacements aux Etats Unis et travail à domicile. J’ai repris mon travail à la banque et tout s’est remis en place. Sauf que cette envie de partir nous a rongés jusqu’à de nouveau prendre une décision radicale (Décembre 2010) : REPARTIR dans les 8 mois.

Les étapes :

–          Janvier 2011 : Prévenir l’entreprise Américaine de mon mari que nous allions revenir aux US, pour leur plus grand bonheur, et négocier un contrat Full time (plus ou moins CDI) au lieu du Free-lance.

–          Février 2011 : Prévenir ma banque, qu’une fois de plus, j’allais partir, à leur grand désarroi ! Compréhensifs, ils m’ont de nouveau accorde un congé sans solde (on ne sait jamais, toujours assurer ses arrières)

–          Juin 2011 : Nous marier : même si cela était prévu, nous avons avance le mariage civil (comme beaucoup d’expats d’ailleurs) pour que je puisse demander le visa de mon mari (visa O3 conjoint), toujours sans pouvoir travailler ni étudier, mais avec la même durée que lui.

–          Anecdote : je suis tombée enceinte en Mai 2011, en pleins préparatifs. Une grande surprise, qui nous a obligés à prendre une Assurance Sante complète. Un gros moment de stress, de savoir si nous allions être capables de tout faire : suivi de grossesse, élever un bébé tout seuls, sans l’aide de notre famille.

–          Septembre 2011 : Vol Aller simple pour Miami 🙂

Sandy... mon parcours médical par mademoizellemmll P1030547

ACTE 3 2012 et ENSUITE ?

1 an plus tard, que faut-il retenir ?

Janvier 2012 : Notre petite fille Sophia est née, après une grossesse de rêve et un suivi médical convenient. J’ai expliqué quelques anecdotes dans mon blog ici ou . Bien sûr, nous avons eu de grands moments de stress ou de découragements, mais cette petite puce pousse comme une fleur et se sent à la maison ici.

Septembre 2012 : Nous avons demandé la Green card (qui a été validée en Décembre 2012). Un processus rapide au départ, un dossier béton,  jusqu’au fameux moment où la précieuse carte n’est jamais arrivée ! Rien de grave car nous avons notre numéro de résident, mais encore de longues démarches pour la remplacer (toujours en cours). Avec la green card en poche, j’ai pu demander un Permis de travail et chercher !

Février 2013 : Mon 1er job aux US trouve, j’en parle ici et la!

Juin 2013 : L’envie de trouver une maison nous prend. Sophia aime être dehors, et nous on raffole des BBQ ! Bon c’est réducteur mais vous aurez compris, la vie en appart tire à sa fin. Apres quelques semaines de recherche et de visites (ici), nous avons enfin trouve et finalise la transaction !

Septembre 2013 : Et maintenant, quels projets pourrions-nous donc avoir ?

Viva America

Viva America

328611_3046819092189_872995204_o SONY DSC photo 946304_10201571504112164_360382261_n

CQFD : Tout n’a pas été simple (loin de la) mais nous sommes fiers de notre parcours. Et pour ceux que l’aventure tente, foncez mais soyez bien préparés (1 an minimum pour tout faire) et motives !

Mon parcours médical PART 2: le suivi pédiatrique

« Félicitations, votre petite fille fait 7lbs 8oz et 20 inches! » Kesako? ça commence bien 🙂

Alors voilà, on est devenus parents. Un petit bout totalement dépendant de nous, avec son petit bonnet sur la tête. Le bonheur…avec retour à la réalité: 24h après la césarienne, on m’a dit « lève toi et marche!« , et 4 jours après, j’étais dehors. Pas de complainte ici, on vous dit que tout est normal!

SONY DSC

Petons en action

Normal, normal… complètement nouveau oui!!! On rentre à la maison à 3 et on se dit que rien ne sera plus comme avant, et on se sent remplie d’amour et complètement démunie! Une solution (quand sa famille est loin) : le pédiatre ou Pediatrician ici (avec l’accent français, imaginez « Allô, bonjour, je souhaite parler, comprendre, enfin prendre un rdv avec le piédietrichien, c’est urgent! »)

Et ces coups de téléphone, on les a passés tous les 2 jours en moyenne pendant 2 mois! Pour tout et n’importe quoi! Alors autant connaître la façon dont ça fonctionne.

IMG-20120402-00346

Miroir, est ce que j’ai bonne mine ?

A la maternité, vous devez indiquer le nom du pédiatre qui s’occupera de votre bébé à sa naissance. Oui mais quand on ne connait personne, bin on prend celui qui se présente ou qu’on nous recommande. Et parfois, le courant ne passe pas, c’est ce qui s’est passé pour nous. On a donc changé au bout de 2 mois. Ça, c’est pour l’anecdote.

Le suivi est assez identique à la France (j’imagine), RDV hebdomadaires puis semi-mensuels, mensuels etc. La différence, c’est que vous rentrez dans une salle glaciale (pour décourager les microbes) et qu’on fait attendre bébé en couche!

Et en attendant le doc, on regarde autour de soi: une vue imprenable sur la baie (ne soyez pas jaloux) et partout des affiches pro-allaitement, je n’ai rien contre, bien au contraire, mais mon expérience sur le sujet n’a pas été très concluante. Et le pédiatre arrive, relax, Ipad dans une main, stylo dans l’autre. On discute, il ausculte le bébé (lui parle en espagnol même s’il sait qu’on est français!). Et on se dit à la semaine prochaine. C’est tout simple et ça nous va très bien.

419019_3484159185418_1366874640_n

Je vous l’accorde, la vue de l’office est sympa…

Le hic, c’est quand arrive un souci le 1er mois (avant la première vaccination) style fièvre, il faut aller directement aux Urgences Pédiatriques, ça ne sert à rien d’aller chez le pédiatre, il ne fera rien pour vous! Ça, c’est la partie la plus stressante, on y allés 3 fois en un mois ….on attend des heures, bébé est pris de bras en bras par infirmière, interne, docteur, échographe on vous explique le pire …  on vous rassure ensuite et on vous présente la note… Et même pas un Docteur Ross pour faire passer la pilule!

SONY DSC

Vous avez dit fatiguée?

Notre expérience de jeunes parents a débuté sur les chapeaux de roue c’est vrai. La faute à un RGO très embêtant (pour ceux qui connaissent). Alors je ne sais pas si c’est plus difficile parce que c’est à l’étranger, que le système est différent, ou tout simplement car c’est notre premier enfant mais il faut avoir les nerfs solides: la prise en charge est impeccable mais on frissonne rien qu’à l’énoncé des examens demandés (et oubliez « NFS-chimie-iono », ça n’existe pas)

Depuis je vous rassure, tout est rentré dans l’ordre! On a une puce en parfaite santé, et qui déteste son pédiatre.. tout est normal 🙂