Visa, expatriation: mon parcours

Beaucoup d’entre vous m’ont interrogée sur le type de visa que j’ai, de quelle manière j’ai pu trouver du travail et rester sur le territoire. Petite remontée dans le temps, qui vous éclairera sur les possibilités de venir, d’habiter de travailler ici aux US

ACTE 1 2009-2010

Notre  1ere expatriation, même si en pratique, il s’agissait plutôt un voyage initiatique et aventureux. Notre projet de partir aux US datait depuis quelques années et nous avons profité d’une proposition de travail américaine « free-lance » de mon mari. Il avait auparavant demande un visa O (sportif de haut niveau), un des seuls visas ne nécessitant pas de sponsoring, valide 3 ans !

Pas encore maries à ce moment, j’ai demandé un visa touriste B1-B2 qui me permettait de rester 6 mois consécutif sur le territoire (valable 10 ans), sans possibilité de travailler ou d’étudier.  J’ai pris un congé sabbatique de 11 mois. Nous avons vécu 6 mois à 100 à l’heure, dépensant toutes nos économies, voyageant, sans assurance sante… que du bon temps, sans vraiment réfléchir à long terme.

Bilan, au bout de 6 mois, retour en France sans un sou  (obligation avec mon visa), mais avec la certitude que nous allions repartir et cette fois, dans de bonnes conditions.  Un séjour nécessaire, qui nous a permis de connaitre la ville, la vie à l’étranger et de savoir qu’on était fait pour ça !

533957_10200874876856918_453406083_n photo (2) image 3

ACTE 2 2010-2011

Mon mari a continue son job depuis la France, alternant déplacements aux Etats Unis et travail à domicile. J’ai repris mon travail à la banque et tout s’est remis en place. Sauf que cette envie de partir nous a rongés jusqu’à de nouveau prendre une décision radicale (Décembre 2010) : REPARTIR dans les 8 mois.

Les étapes :

–          Janvier 2011 : Prévenir l’entreprise Américaine de mon mari que nous allions revenir aux US, pour leur plus grand bonheur, et négocier un contrat Full time (plus ou moins CDI) au lieu du Free-lance.

–          Février 2011 : Prévenir ma banque, qu’une fois de plus, j’allais partir, à leur grand désarroi ! Compréhensifs, ils m’ont de nouveau accorde un congé sans solde (on ne sait jamais, toujours assurer ses arrières)

–          Juin 2011 : Nous marier : même si cela était prévu, nous avons avance le mariage civil (comme beaucoup d’expats d’ailleurs) pour que je puisse demander le visa de mon mari (visa O3 conjoint), toujours sans pouvoir travailler ni étudier, mais avec la même durée que lui.

–          Anecdote : je suis tombée enceinte en Mai 2011, en pleins préparatifs. Une grande surprise, qui nous a obligés à prendre une Assurance Sante complète. Un gros moment de stress, de savoir si nous allions être capables de tout faire : suivi de grossesse, élever un bébé tout seuls, sans l’aide de notre famille.

–          Septembre 2011 : Vol Aller simple pour Miami 🙂

Sandy... mon parcours médical par mademoizellemmll P1030547

ACTE 3 2012 et ENSUITE ?

1 an plus tard, que faut-il retenir ?

Janvier 2012 : Notre petite fille Sophia est née, après une grossesse de rêve et un suivi médical convenient. J’ai expliqué quelques anecdotes dans mon blog ici ou . Bien sûr, nous avons eu de grands moments de stress ou de découragements, mais cette petite puce pousse comme une fleur et se sent à la maison ici.

Septembre 2012 : Nous avons demandé la Green card (qui a été validée en Décembre 2012). Un processus rapide au départ, un dossier béton,  jusqu’au fameux moment où la précieuse carte n’est jamais arrivée ! Rien de grave car nous avons notre numéro de résident, mais encore de longues démarches pour la remplacer (toujours en cours). Avec la green card en poche, j’ai pu demander un Permis de travail et chercher !

Février 2013 : Mon 1er job aux US trouve, j’en parle ici et la!

Juin 2013 : L’envie de trouver une maison nous prend. Sophia aime être dehors, et nous on raffole des BBQ ! Bon c’est réducteur mais vous aurez compris, la vie en appart tire à sa fin. Apres quelques semaines de recherche et de visites (ici), nous avons enfin trouve et finalise la transaction !

Septembre 2013 : Et maintenant, quels projets pourrions-nous donc avoir ?

Viva America

Viva America

328611_3046819092189_872995204_o SONY DSC photo 946304_10201571504112164_360382261_n

CQFD : Tout n’a pas été simple (loin de la) mais nous sommes fiers de notre parcours. Et pour ceux que l’aventure tente, foncez mais soyez bien préparés (1 an minimum pour tout faire) et motives !

Publicités

Ma semaine dans la 4ème dimension: emmener son enfant au travail, et se perdre dans les bois…

Pas de tout repos la vie de working mum, surtout quand le chéri est absent! J’ai du faire face à différentes embûches semées sur mon chemin cette semaine.

Part 1: Crèche fermée

La Directrice m’annonce que la crèche est fermée jeudi et vendredi pour cause de rentrée scolaire (allez savoir le sens donné à cette rentrée pour des tout petits). C’est bien gentil, mais nous ici, nous n’avons pas d’autres solutions de garde, pas de papi-mamie, pas de jours spéciaux, pas de back up. A la fin du summer camp, j’ai quand même récupéré les dessins de ma puce, fièrements brandis mercredi soir!

Plutot que de prendre 2 jours non-paid, j’ai proposé à mon boss d’emmener Sophia au travail. Il a accepté avec enthousiasme (ici cela se fait apparemment) avant de comprendre dans quoi il s’était embarqué! 2 matinées cyclonesques ou, tant bien que mal, j’ai essayé de travaillé, un oeil sur l’ordi, un oeil sur Coquinette. Pourtant j’avais tout prévu: crayons, feuilles, clubs de golf (ne cherchez pas, c’est la Floride), livres et j’en passe. Mais Sophia elle, elle voulait jouer avec des enfants, crirer, courir… Bilan: NE PAS REFAIRE! C’était tout de même rigolo et j’ai pu travailler de la maison les après midi.

Part 2: Perdues dans les bois

Samedi matin, comme souvent, je suis levée dès 7h (merci qui?). J’en profite pour découvrir des parcs ou des lieux inconnus de bon matin, à la presque fraicheur. Sauf que cette fois, j’ai regretté! Me voici à la découverte du Simpson Park à Downtown, jardin tropical comme souvent. Jusque là tout va bien, c’est un peu comme un minuscule Central Park à Manhattan?…. Grosse erreur!

14

Nous arrivons devant les grilles, une femme m’ouvre (tiens il faut que je m’enregistre, pourquoi?), et me donne quelques infos: sortir l’anti-moustique, laisser les araignées tranquille et surtout suivre le MAIN TRAIL (le chemin balisé), sous peine de se perdre. Impossible de faire demi tour, j’accepte…

La femme ouvre une autre porte vitrée et referme derrière elle. L’angoisse monte: Je suis dans le parc, avec Coquinelle, ne sachant par où aller, et SEULE, aucun promeneur dans cette jungle! Je commence à arpenter le chemin caillouteux, regardant les ribanbelles d’araignées au sol, et la végétation à peine élaguée. C’est la 1ère fois que je vois ça ici: croyez -moi, j’ai parcouru le parc en 20 min chrono, au pas de course, fuyant les moustiques, me prenant des toiles d’araignées et des feuilles tombées d’on ne sait où.

Je n’avais jamais ressenti cette sensation d’étouffement dans un parc, et le sentiment de pouvoir se perdre au moindre carrefour. Même Sophia n’était pas rassurée, regardant autour d’elle et posant sur moi un oeil anxieux. Bon, la chaleur étouffante de l’été a contribué à l’atmosphère pesante, mais je dois avouer avec poussé la porte de sortie avec un OUF de soulagement!  La femme me scrute au retour (je ne dois pas être la seule à ressortir avec cette tête surement) et me lance: « c’est vrai que c’est plus joli et fleuri en décembre, revenez donc! »

Je comprends mieux pourquoi il faut s’enregistrer à l’entrée. Peut être y a t-il eu des disparus ? Allez, c’est surprenant donc ça vaut le détour….

A suivre…

C’est un roman photos… celui de Coquinette

Assez de bla-bla, aujourd’hui, je vous retrace les 16 premiers mois de ma fille, en photos! 16 mois de bonheur intense, d’apprentissage, de névroses et d’émerveillement.

Bilan:

  • Un enfant, ça change la vie: OUI dans tous les sens du terme ; et plus encore que je ne l’avais imaginé. On grandit, le couple aussi, les responsabilités aussi! Le tout est d’harmoniser l’ensemble, grande tâche!

Je comprends maintenant quand mes copines me disaient « tu verras quand ça t’arrivera » et moi je me disais… « si si je vois bien, c’est pas sorcier » Bien si, c’est complètement magique et sorcier 🙂 !!!

  • Les (mes) étapes clés :

La naissance: grand moment! Avec le recul, je vois cela un peu comme un rêve  cosy  moelleux… on oublie les douleurs, le baby blues, et on garde le souvenir d’un tout petit bébé dont les grands yeux essaient de nous distinguer.

Naissance

Naissance

0-3 mois: mamamia! les plus durs pour moi, l’apprentissage de la communication avec mon bébé loin de la famille, le corps et l’esprit vidé. Mais une totale renaissance / découverte  de mes capacités de femme, de maman, et une coquinette volontaire et déjà joyeuse!

328611_3046819092189_872995204_o

Arrivée a la maison (pourquoi est elle autant couverte??!!)

1

1

2

2

3-6 mois: le retour en France, la presentation a la famille et aux amis proches. Quelques mois tranquillou ou ma fille a pris rapidement ses marques et ou j’ai pu me reposer et sortir avec les copines. Pour Sophia, les premieres purees degustees du bout des levres, les vetements a jamais taches, de bons souvenirs humains et culinaires!

3

3

4

4

5

5

6-9 mois: Coquinette en mode « je n’ai pas de rythme et ça me fait bien rire/hurler », des parents en préparation du mariage. Trois mois sur les chapeaux de roue avant le come back en Floride. L’époque des premières dents, des jeux et bain qui éclabousse  Je n’ai rien vu passer (a part ma robe de mariee et mon alliance…je plaisaaaante…)

6

6

7

7

8

8

9-12 mois: Retour au soleil, repos bien mérite  Je regarde emerveillee ma fille se mettre assise, debout et ramper, tout cela en 1 mois et demi a peine (elle a pris son temps et maintenant…. plus rien ne l’arrête ! Plus sérieusement  j’ai des envies de travailler… l’époque des CV, des petites annonces et des questions (ou, quand, comment allons nous faire?)

9

9

10

10

11

11

12-16 mois: 1 an pour Coquinette, un travail et un rythme enfin trouve. L’époque des premiers amigo(a)s a la creche, marcher, courir, dire son premier vrai mot: « leche » apparemment 🙂 ; une vraie personnalité et une petite fille devant nous, plus un bebe!

12 - 1 an

12 – 1 an

13

13

14

14

15

15

16

16

Et maintenant, qu’est ce qui nous attend ? J’ai hâte de découvrir la suite…

Mon planning de working girl-mummy-wife

Beaucoup de personnes m’ont pose la question: « tu fais quoi a Miami? tu sors? tu fais tes courses? tu ne t’ennuies pas? « etc.. Laissez moi vous raconter un peu mon quotidien (pour changer) dans ce petit post pas serieux du tout.

Voila le tableau: j’ai un cheri qui part en deplacement a l’etranger entre 10 et 15 jours par mois, 7 mois de l’annee. Depuis qu’on a Coquinette et que j’ai trouve un travail, les moments en famille devienent plus rare (a deux, encore plus!).

Journee type / semaine

La semaine est rythme au son de Coquinette: j’essaie autant que possible de prendre le petit dej et la douche avant qu’elle se reveille. Je cours partout, fais bruler les tartines, le mascara encore humide et coulant (forcement). Un rythme infernal que connaissent toutes les working/mum. Quand le cheri est a la maison, c’est comment dire, TOPISSIME!

Je suis chanceuse de pouvoir finir mon travail tot (17h) et de profiter des longues soirees avec mon mari et ma fille ; Sophia evolue de jour en jour, c’est une activite a elle tout seule! Parfois au coucher de soleil, on s’octroie un petit mojito a notre QG, souvent, on regarde nos series preferees (un article bientot).

photo (2)

La Marina (en mode Sunset), c’est beau hein?

Journee type / week end

Je vous avoue que les grasse matinees me manquent un peu. Sophia « ne connait pas la crise » et se reveille gai comme un pinson a 7h pile! Heureusement, c’est toujours incroyable de passer du temps avec elle, jouer aux Lego, lire des contes, parler comme Mickey rien que pour l’amuser…je vous assure, vous devriez essayer!

photo

Peinture un jour…

Bien sur, il y a l’eternel et toujours plus enervant cocktail MENAGE-LESSIVE-COURSES, difficile a digerer (faites le avec moderation!). Tout comme le plat de resistance PEDIATRE-PHARMACIE trop epice a mon gout. Je deviens difficile avec le temps!

Le week end, contrairement a lorsque nous habitions en France, est essentiellement passe en exterieur: plage, zoo, parcs, brunch, cafes… c’est lazy la plupart du temps. Je crois que j’aurais du mal a retourner dans le froid et l’humidite de ma region nantaise (pour le moment). Cela fait longtemps que nous ne sommes pas partis de Miami, ca fait partie des prochains projets (Key West en Mai notamment…dans un prochain article)

plage de Miami Beach (south pointe)

plage de Miami Beach (south pointe)

Astuces et systeme D

L’arme absolue pour s’accorder une moment de detente en dehors du quotidien et de la maison (quand on n’a pas les papi-mamies sous le coude), c’est la baby-sitter! Croyez moi, plus vous en avez, mieux c’est. Mon reseau de babysitter s’est constitue en 1 an avec des hauts, des bas 🙂 J’ai en « ma possession » 3 personnes dont un jeune homme, oui oui et il est super! C’est environ 12$ l’heure.

Jungle Island, 3 fois en 15j hihihi

Jungle Island, 3 fois en 15j hihihi

Quand le cheri est la, on va manger au resto en amoureux, au cine, on dine chez les copains (avec ou sans enfants, tout depend du type de soiree), ou on va a des cocktails de « Francais expatries au Consulat »… Tout cela est bien organise non?

Quand le cheri est absent, les copines s’invitent a la maison (elles se reconnaitront!) ou vous emmenent diner, prendre un verre ou faire du shopping. Des petits moments entre filles comme avant, a se raconter nos vies, et celle des autres 😉

Au Wine Depot

Au Wine Depot

Vous voyez, la vie et le quotidien sont presque identiques a la France (climat excepte). On vit quoi mais parfois, on se dit qu’on vit dans une petite bulle… Qu’en pensez vous? 

Mes premiers pas professionnels aux Etats-Unis

YOUPI!! rien que de le dire, ca met le sourire 🙂

Alors cette 1ere semaine de travail ? Procédons par ordre:

1- Le rythme

Si vous avez lu mon précédent article, vous aurez compris que tout a change ici… plus de cafe sirote a 8h, a 9h30 et a 11h, plus de ballade en plein air avec ma coquinette, et plus de « Hello, how are you? » a tout le staff de l’immeuble. Oui, changer les couches de ma fille, ca me manque!

Maintenant, c’est réveil-matin, petit dej avalé, douche rapide, habillage, maquillage (Ah l’étape qui me manquait, pour toute femme qui se respecte) sans oublier un long moment pour les bisouillage/habillage/gazouillage de Coquinette! Et hop, direction la voiture et les embouteillages.

Personne ne regarde? Vite, photo !!

Personne ne regarde? Vite, photo !!

2- L’office

Mon building s’appelle le AET comme Airport Executive Tower (ca fait super pro!). Nos bureaux sont assez spacieux et ouverts sur 270 degres, dont sur la plus longue piste de l’aéroport de Miami (chercher le numero de piste et vous me trouverez!). J’en vois et j’en entends des avions, je vous le dis….. tous les jours a 17h, un A380 atterit, c’est ENORME un A380! J’ai mon ordi, mon téléphone, mon bureau, ma bible de l’import/export (et tout et tout…). Meme la cafetiere, le micro-ondes et le frigo sont la. Ici, la tradition est de manger a son bureau, du moins a l’office. ça c’est moins drole, et j’ai déja prevenu ma manager que je déjeunerai une fois par semaine avec les copines qui travaillent non loin d’ici!

L'entree du building (et son banc...)

L’entrée du building (et son banc…)

3- Le travail

Le 1er jour, j’ai trouvé l’import export très simple, j’ai tout compris: comment on achetait des produits puis on les exportait, tout ça en anglais (fastoche)…et puis le BLACK OUT (vers 16h), la tete farcie, la vision trouble! Les jours suivants, ma formation a pris une tournure plus sérieuse, plus dense et j’ai commence (juste un peu) a regretter ma vie de housewife avec Sophia, a attendre patiemment que le cheri rentre du travail. Ça m’a seulement traverser l’esprit ….

Je me trouve encore idiote à parler anglais avec mon accent so frenchy, je manque cruellement de vocabulaire, face a des américains qui-ne-savent-pas-comment-parler-plus-lentement. Mais je suis tellement contente de faire partie de la vie active, d’appartenir à une entreprise, d’avoir des collegues super sympas… je n’ai pas honte de dire que j’aime travailler! Je vais même vous donner une petite anecdote:

Vous saviez que le plus long porte-container du monde transporte 15000 containers?!! siiii 15000 >  Impressionnant 🙂 Bah oui, je deviens Corporate maintenant!

CMA CGM Christophe Colomb - copyright CMA CGM