L’école primaire aux US

Depuis un an et demi, nous decouvrons l’ecole americaine, la vraie, la classique, la publique! Et on en apprend tous les jours 🙂

Les critères

L’ecole est obligatoire a 5 ans ici, et les enfants commencent par le Kindergarten (équivalant a la Grande Section). Comme en France, l’accès a une ecole publique se fait par zone géographique. Il vaut mieux donc habiter dans un quartier ou l’ecole est correcte, on peut (et on doit) regarder le Grade sur des sites internet dédiés. Ecole gratuite mais uniforme de rigueur et je trouve ca plutôt chouette, en terme d’égalité, d’appartenance (on est une team!) et de proprete (c’est la ménagère qui parle la!).

L’inscription se fait en debut d’annee (vers Mars) a l’ecole directement. Avec votre justificatif de domicile et le certificat de naissance, on y va le coeur leger et on revient  la mine dubitative. N’attendez pas d’avoir un staff administratif tres investi dans le public. Les gens sont gentils et a l’ecoute mais il faut pas trop demander! En meme temps, beaucoup d’entre eux  sont tres mal payes et ne parlons pas des profs. Pour la 1ere rentree scolaire, on commence a stresser du coup.

IMG_1048.JPG

Les débuts

Quand Sophia a commence en août 2017, nous dépendions de South Pointe Elementary qui est une tres bonne ecole. Deja, un point positif. On a reçu une liste de fourniture et la possibilite de commander le kit entier (livré directement a l’ecole le jour J), pratique on fait ca. Autre point positif, le melting pot: Cubains, Russes, Anglais, Français et Americains, tout ça dans une classe, c’est bruyant mais tellement sympa! Une multitude de cultures, c’est ca les US, enfin ce qu’on en aime. Les parents se côtoient de loin au depart et puis les affinités se créent.

Passes les premiers jours stressants pour Sophia comme pour nous, l’adaptation a été facile et elle s’est faite des copines rapidement. Le gros point négatif dans l’histoire a été sa premiere maitresse, une jeune femme fermée, sombre, clairement pas faite pour ça. Tres peu de retour, aucune communication possible, des infos au compte goutte de la part du staff. Parfois le matin, on la questionnait sur tel ou tel sujet, elle nous regardait sans un mot, les yeux ronds…. OK! Les 1eres semaines, j’ai pris mon mal en patience et je me suis dit que c’etait ça l’ecole, déception. En fait, il a fallu 5 mois pour se rendre compte que c’était la catastrophe en classe et que les enfants avait un retard énorme d’apprentissage!

Resultat: des parents en colere, un meeting en urgence avec la principale (et ses excuses), la maitresse virée, reprise en main intensive, et ouf, retard rattrape. J’ai un peu de peine pour la 1ere maitresse, je ne sais pas ce qu’elle est devenue mais je lui souhaite de reussir (ou de se reconvertir!).

IMG_1649.JPG

L’organisation et les activites

Le programme se presente comme en France j’imagine. On a la Guideline en debut d’année, basée sur  lire, ecrire et compter. Sans oublier l’espagnol (2eme langue officielle a Miami), la découverte des sciences, de l’art, de l’histoire. Les cours se passent de 8h15 a 13h50 du lundi au vendredi.

Ensuite l’after school prend le relais (périscolaire). On a commence par le plus simple et inscrire Sophia a l’after schol de l’ecole. Mais la échec, elle s’ennuyait, rentrait a la maison blasée, pas vraiment d’activites proposées en dehors des devoirs et jouer au parc. Sur les conseils d’autres parents, on l’a inscrite au Flamingo Park (j’en ai parle dans mon précédent post), qui est un centre éducatif public (payant mais très raisonnable)  appartenant a la ville de Miami Beach,  accueillant en periscolaire les enfants de 2 écoles du coin uniquement. Ce centre propose aussi un centre aéré en période de vacances scolaires pour tous les enfants (places limitees), une piscine municipale, des cours de tennis etc… pour ces 2 derniers, accessible gratuitement aux residents de MB, et payant pour les non residents.

IMG_1096.jpeg

Anecdote, concernant la cantine, on a été un peu surpris au départ car chaque enfant a un compte (un numéro de profil) sur lequel on crédite des sous pour manger le midi. Jusque la tout va bien, mais quand on nous annonce a la Rentree que chaque enfant choisit au self son/ses plats, la on a commence a paniquer! On s’imagine Sophia et ses 3 yaourts, 2 fromages accompagnes de frites…. Heureusement c’est une petite fille raisonnable et malgré quelques glaces de temps en temps, elle mange plutôt équilibré. J’ai un peu plus de stress concernant Andrea l’an prochain 😉 On a toujours la possibilite de télécharger le menu du mois pour verification quand meme, ou apporter le déjeuner directement dans une lunch box.

Les extra scolaires sont nombreux. Beaucoup de fundraising (étant donne que l’ecole est gratuite) pour aider a financer les activites. 1$ pour porter un jean un vendredi, 1$ pour se deguiser avant Halloween, 1$ pour acheter une glace etc… On apprécie beaucoup les événements annuels tels que la Fete d’Halloween en soiree pour tout le monde, le cinéma en plein air avec projection d’un film, la semaine Hispanique, …

La suite

Lorsque nous avons déménagé en janvier dernier, nous avons un peu stresse de changer Sophia d’école mais nous avions confiance qu’elle s’adapte bien. Elle avait fini sa 1ere année heureuse et entamait le First Grade (CP) avec une grosse motivation. Je ne vous cache pas qu’on a cible nos recherches de maisons uniquement dans des quartiers dont l’école était bien, et Coconut Grove etait le must du must. On aurait toujours eu la possibilité de passer en ecole privee mais le tarif est quand meme cher pour une qualité pas toujours indéniable. Et puis le public, c’est un choix aussi (pour le moment en tout cas) de ne pas élever nos enfants dans du coton, de se faire des copains de tous milieux, meme s’il faut reconnaître que dans notre ecole actuelle, certaines familles sont aisées, mais la plupart travaillent (contrairement a South Pointe Elementary).

IMG_5528.jpeg

On a donc préparé Sophia pendant des semaines car elle etait plutot réticente, et hasard heureux du calendrier, nous avons déménagé début janvier et  l’avons donc change d’ecole après les vacances de Noel. Apres quelques jours de pleurs le matin, tout s’est mis en place petit a petit. Elle s’est faite de nouvelles copines et gros point positif, l’enseignement du Français! Pour une école publique, c’est assez rare. 2h par jour, insuffisant pour etre au top forcement, mais indispensable pour acquérir les bases de la lecture et de l’ecriture. Ca n’a pas ete facile au depart, Sophia a un retard de plus d’un an par rapport a ses petits camarades mais elle s’accroche et ca va de mieux en mieux. Les cours de français comprennent egalement un peu de culture et d’histoire.

J’ai bien essaye de lui apprendre a lire en français l’an dernier mais franchement, c’est tellement différent de l’anglais que je n’ai pas persévéré par peur de l’embrouiller avec l’anglais qu’elle apprenait a la même période. Et puis je crois que je n’ai pas la vocation d’une maîtresse ahahah. Cote activité périscolaire, elle est inscrite en athlétisme, son choix parmi le peu d’activites proposées encore une fois. Elle se débrouille super bien  même si elle préférerait faire des cours de pom-poms girls 🙂 L’an prochain, je me pencherait sur les sports proposes en dehors de l’école.

IMG_0867.jpg

 

 

 

Publicités

Les vacances et la problematique du Summer Camp

Quand je relis mes posts sur la recherche de creche il y a quelques annees (pas si loin que ca), je revois tres bien les soucis de trouver un centre de qualite, bien situe par rapport au boulot/maison, et pas trop cher. On s’en est bien sorti finalement et on n’a jamais eu a changer de Preschool puisque Pineview a repondu a toutes nos attentes.

Pareil pour l’ecole primaire publique. Sophia a commence l’an dernier en Kindergarten (grande section) a South Pointe MIami Beach qui etait bien note, et finit son 1st Grade (CP) a Coconut Grove, qui est encore mieux. Je vous en reparlerai.

IMG_6691.jpg

Mon probleme, c’est l’ete. Comme je vous l’ai dit, on travaille beaucoup ici. Peu de vacances (j’ai enfn obtenu le droit a 15 jours de conges payes apres 5 ans dans ma boite, youpi!). Nous rentrons en France une fois par an pendant 3 semaines, et comme nos familles ne sont pas sur place, il faut donc occuper les enfants et trouver un Summer Camp pour le reste de l’ete (entre mi juin et mi aout).  Andrea peut encore cette annee aller a Pineview qui propose un Summer Camp pour 100$ plus par mois (785$ donc…).

Pour Sophia, plus grande, l’an dernier, nous avions une solution parfaite a Miami Beach avec un complexe multi educatif qui  fait periscolaire, centre aere pendant les vacances : le Flamingo Park. 500$ pour les 2 mois d’ete, vraiment donne ici! Sauf que cette annee, nous ne dependons plus de la Beach, et Coconut Grove … ben c’est pas les memes tarifs !

IMG_6289.jpg

On a cherche et cherche, mais c’est soit trop cher, soit trop loin, soit pourri. Ex: Une ecole reputee de Coconut (Ransom) propose un super summer camp, avec des activites nautiques et aventures. Oui mais voila, 2500$ pour 6 semaines, ou 900$ pour 2 semaines, ca calme. Si je choisis un endroit pas trop mal et raisonnable en prix, je dois faire 40 minutes de route, pas gerable ni pour ma fille ni pour nous. Ou alors quand c’est un Centre correct sur papier, on va voir et on decouvre que les infrastructures sont limitees. Ex: Shake-a-leg toujours a Coconut, qui propose de bonnes activites mais quasiment tout en exterieur, sans salle climatisees. Passer toute la journee dehors ou sous un hangar pendant l’ete Floridien, c’est juste impossible!

Avec d’autres copines qui ont des enfants dans les memes ages, on s’entraide, on se donne des infos heureusment, toujours a la recherche du bon filon 🙂 comme sur beaucoup de choses aux US. J’ai donc trouve a Downtown Miami une ecole primaire qui fait un Summer Camp correct pour 100$ par semaine avec des activites sympas. Ce n’est pas l’ideal pour moi au niveau traffic mais Sophia y retrouvera sa meilleure copine de Preschool.

Ah oui, derniere anecdote. La plupart des Summer camps finissent le 2 aout pour preparer les classes et le staff a la rentree scolaire. Entre le 5 et le 16 aout, j’ai 2 semaines a accuper pour les enfants. Et comme je travaille (et que Romain sera au Japon), ma seule solution est de les emmener au bureau. Je prefere ne pas y penser 😉 Carpe Diem.

Ou alors, autre solution, Qui veut venir a Miami garder mes loulous ? Ils sont adorables 😀

IMG_6694.jpgIMG_6106.JPG

La suite, c’est par ici.

Hello! 2 ans d’absence sur le blog, ça commence à faire! Et pourtant il s’en est passé des choses. Alors quoi? Pourquoi ce retour? Voici les grandes lignes.

Toujours à Miami? Oui

Après avoir vendue notre maison en 2016, pour différentes raisons, nous étions Romain et moi très fatigués psychologiquement. 2 petits en bas âge, des boulots prenants, des pépins qui s’enchaînent.

Nous avons décidé de passer à autre chose, et donc nous avons passé les 2 dernières années sur la Beach, dans un appartement en location. Pour profiter des prestations (piscine, gym, valet, bbq) sans les contraintes d’être propriétaire, d’être proche de la plage et souffler.

2 ans à la cool dans cette ambiance particulière qu’est Miami Beach. Vie rêvée mais trop cool pour que ce soit à long terme. Trop petit pour 4, trop cher à l’achat, et cette envie sans cesse de nouveauté, nous voilà parti pour un nouveau projet, réinvestir, avoir de nouveau notre chez nous.

Home sweet Home

Fin 2018, nous avons donc acheté un townhouse à Coconut Grove après avoir passé plus d’un an à chercher un bien qui nous corresponde et qui en vale la peine . Je reviendrai sur les péripéties de la recherche immobilière, bien cocasse parfois!

Nous sommes tellement bien dans cette petite maison… je vous en montrerai plus bientôt.

La Citoyenneté

Le 28 septembre 2018 je suis devenue américaine 🇺🇸. Après 5 ans de Green Card, une nouvelle étape dans cette vie aux Us. Je ferai un article dédié sur le sujet, la cérémonie de naturalisation a elle seule vaut le détour (la main sur le cœur 😉 of course).

Et les enfants dans tous ça?

Ils se portent à merveille! 4 ans et demi et 7 ans à présent. Andrea est en pre-K 4 (moyenne section) et Sophia en first grade (CP). Je ne vous cache pas qu’on a un peu galéré avec le début de l’école publique! Je vous expliquerai tout cela. Encore des découvertes et des repères à acquérir dans ce pays ou tout est tellement différent de la France.

Quoi qu’il en soit, ce sont 2 petites furies qui passent leur temps en tongs et en short, eux natifs de la Beach, qui n’ont pas vu (encore) la neige tomber.

Le boulot ça va?

Je travaille dans la meme société depuis 6 ans, à mi temps pour pouvoir m’occuper des enfants et du quotidien, Romain voyageant toujours autant. C’est le lot de beaucoup de monde ici, pratiquement tous nos amis ont ce rythme. On travaille quasiment tout le temps quoi! 😜

Pourquoi reprendre le blog?

Déjà, en parcourant mon blog, je me suis dit qu’il fallait vraiment que je le remette en visibilité publique, c’est une mine d’informations certaine pour les nouveaux arrivants!

Et puis c’est un peu mon journal de bord, quand je vois tout ce que j’ai répertorié, toutes les histoires qui nous sont arrivées, j’ai eu envie de continuer à écrire sur notre parcours.

Après je ne sais pas à quelle fréquence j’écrirai, sous quelle forme, mais ce dont je suis sure, c’est que j’ai plein d’idées, d’articles en tête, de photos à faire …

See you soon.

Laeti

  • Baignade interdite ?

    Ce weekend, j’avais prévu d’aller a la plage près de chez moi, avec les enfants. C’etait sans compter sur l’annonce vendredi après midi par le Département de la sante (city of Miami Beach) d’un Avis de baignade risquée pour cause de taux d’Enterococci trop eleve.

    En clair, une bactérie anormalement présente (au dessus de la moyenne preconisee), aka pollution fécale! La faute a qui ? Dans l’article du Miami Herald, les causes sont multiples: Ruissellement des eaux pluviales, matières fécales des animaux sauvages, animaux de compagnie et eaux usées humaines…  Merci les Spring breakers du weekend derniers LOL. Je ne vais pas risquer une gastro, ni pour moi ni pour mes enfants 😦

    cropped-cropped-cropped-img_17301.jpg

    South Beach

    Ce n’est pas la 1ere fois que cela arrive. Nous sommes entoures d’eau, les rues sont inondables et au moindre orage sérieux, comme beaucoup de villes côtières, les bouches d’égouts sautent et les eaux usées trouvent passage facilement dans la mer. Un gros problème a Miami Beach. Des travaux d’aménagement ont été faits (occasionnant beaucoup de contraintes de bruit et de circulation d’ailleurs!), d’autres sont toujours en cours pour agrandir le diamètre des canalisations et surélever les routes, voire des quartiers entiers (comme Purdy Ave).

    Un deuxieme bebe en Amerique

    Key Biscayne

    Et pourtant, les eaux de Floride sont une des plus propres qui existent. Mon mari qui travaille dans la Voile et navigue sur toutes les mers, baies et océans du monde, le confirme régulièrement. Ce n’est pas un hasard si la faune et la flore marines sont si fournies.

    Espérons que tout ces travaux servent a quelque-chose même si je pense que la ville et une grande partie de la péninsule ont des risques de disparaître sous l’eau dans une centaine d’années.

    13307450_10209542174373939_2774143387548929232_n

    South Pointe Pier (Pointe Sud de Miami Beach)

    Les états d’âme de l’expatrié

    Je pourrais dire aussi les contradictions, les choix et leurs conséquences. Le titre est accrocheur ^^ mais bien sur, c’est a prendre au second degré pour certains sujets.

    LA VILLE

    Miami est magnifique, c’est l’été toute l’année, c’est lumineux, colore, tout le monde nous envie quand on en parle. La vie est douce mais parfois c’est un leurre. Cote climat, les saisons nous manquent, 7 a 8 mois d’humidité, de chaleur insoutenable, de risque cyclonique, on est usés a la fin de l’été (au 31 octobre en fait…) lol. Cote quotidien, nous avons les mêmes galères que vous en France, de plomberie, de voiture en panne, d’enfants malades, de finances a sec, de greve (ah ça non, pas encore!). Mais j’aime le rappeler, ce n’est pas les vacances toute l’année, même si je vous l’accorde la vie est plus douce au soleil…

    img_8175

    SOCIAL

    Quand on arrive dans un pays étranger, on se demande comment se faire des amis, comment trouver des gens de confiance, reproduire le schéma qu’on a mis toute notre vie a construire. Ce n’est pas simple, il faut une dose d’ouverture, de tolérance et de risque! Nous sommes amenés a rencontrer des gens divers par leur culture, leur expérience, je peux confirmer qu’après 6 ans, notre cercle de gens de confiance est limité, comme la plupart des expat/immigrants je pense. Cela demande du temps, de la motivation et de la prudence mais les belles rencontres existent ^^

    img_8151

    PROFESSIONNEL

    Les USA ou le mythe de la liberté a tout prix! Du travail, il y en a, tout le monde peut en trouver. Le chômage, peu de gens en parlent car ici, on doit travailler pour vivre, même survivre. La précarité co-existe avec la réussite affichée, c’est parfois choquant. Cumuler plusieurs boulots cela arrive, travailler après 65 ans, c’est fréquent, changer de boite pour être mieux paye ou au contraire, se faire virer par manque de résultat, c’est dans les mœurs! Je pense parfois avec émotion a mes 35h, 25 RTT, 15 jours fériés, 6 semaines de congés payes!

    IMG_8486

    ENFANTS

    Le sujet qui préoccupe énormément. Sans enfants, vos décisions vous impactent vous même et votre couple. That’s it! En ayant des enfants, le poids des responsabilités augmente, et vous voulez le meilleur pour eux forcement. Le rôle de parents, pas simple hein ? Sachez qu’en étant aux USA, c’est pire! ^^ L’apprentissage pour nous, s’est fait sur le tas comme tout le monde, mais tout a été plus complique sans famille pour nous relayer au quotidien, sans professionnel francophone, sans repère face a l’éducation locale. Et pourtant, on s’en est sortis! Enfin disons qu’on s’en sort et qu’on est fiers de nos petits 🙂

    img_8207

    PARTIR / RESTER

    L’éternelle question, enfin pour nous! Je ne sais pas si c’est une soupape de sécurité, un attachement a nos racines ou une envie de liberté. Pour ce qui nous concerne, notre venue ici s’est faite sur notre volonté seule, nous n’avions pas de mission précise au départ, de délai (en dehors des visas), ni même de base (notre 1er choix était Los Angeles). Nous avons tâtonné, expérimenté, saisi les opportunités, parfois chute, toujours rebondi… et 6 ans après, nous sommes encore la a nous poser cette même question ^^ On doit être un peu maso, surtout toujours a la recherche d’un prochain projet!

    cropped-photo-4.jpg