2013 Que faut il retenir du blog ?

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2013 de Mademoizellemmll.

En voici un extrait :

Le Concert Hall de l’Opéra de Sydney peut contenir 2.700 personnes. Ce blog a été vu 31  000 fois en 2013. S’il était un concert à l’Opéra de Sydney, il faudrait environ 11 spectacles pour accueillir tout le monde.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Et vous, qu’est ce qui vous a le plus plu ? et le moins 🙂 ?

Publicités

Des liens utiles

Un mois déjà que je n’ai rien publié sur mon blog! Une petite parenthèse avec cet article « infos utiles », que vous soyez touristes, que vous vous installez ou que vous soyez curieux.

Ceci fait suite aux nombreux messages que je reçois (merci à tous au passage, les encouragements font plaisir!) me demandant infos ou conseils. Je partage ici mes bonnes adresses, merci qui?

Quand on passe ses vacances à Miami ou en Floride

Tout se passe toujours bien en vacances, c’est bien connu. Mais forcément, un grain de sable peut entraver ce beau séjour, alors en cas de panique, on contacte qui sur place? Et si on veut des infos sur la vie locale, ou des bonnes adresses ?

Consulat de France à Miami

– Le journal French District de Floride

Le Courrier de Floride (mes articles y paraissent 1 fois par mois!)

Les plages: Miami Beach bien sur (relativement calme entre 1st et 5th street, bondée entre 5th et 15th street, calme à partir de la 30th street), Key Biscayne surtout, plage de sable blanc, cocotiers, calme et eau très chaude (baie)

Se promener en bus à Sout Beach: Local South Beach, 50 cents la course, quel que soit l’endroit ou vous vous arrêtez.

– Night life: Beaucoup de choix ici, je ne suis pas la mieux placée pour en parler (quelques bonnes adresses ici )

3

South-Beach-Map-719x1024

Quand on est étudiant et que l’on cherche un stage

Ah c’est tentant de faire son stage à Miami, soleil, cocotiers et fiesta. Merci de penser à moi mais (pour le moment) je ne fais pas de miracles 🙂 et la recherche d’entreprises s’avère tout aussi compliquée que n’importe où ailleurs. Je conseillerai donc dans un premier temps de s’informer et de se faire connaitre auprès des institutions françaises locales:

La Chambre de Commerce française de Floride

Quand on s’installe à Miami

Je me souviens très bien il y a 2 ans lorsque nous sommes arrivés, nous manquions cruellement d’infos, de contacts utiles, d’astuces. Alors voici une liste non exhaustive:

– Faire ses courses: Publix (+… les courses hebdomadaires, c’est ici pour nous), Wholefoods (- … disons cher pour du pseudo bio), Fresh Market (++… que des bons produits), les petites épiceries locales…et bientôt un Trader Joe’s (yeah!)

– Crèches et garderies: pas de nounous qui reçoit ici, c’est donc le Daycare ou la nounou à domicile

– Médecin et obstétrique : Mount Sinai Medical Center

Permis de conduire: HOURRA pour nous français, inutile de repasser le permis ici, l’équivalence est de mise; Vous devez donc juste faire la demande de cette petite carte qui vous servira aussi de carte d’identité.

SSN ou Numero de Securité Sociale: Si vous avez un visa, alors vous aurez (dans presque tous les cas, …sauf moi au départ mais ça c’est une autre histoire ici) un numero d’imatriculation qui vous servira pour les démarches professionnelles et administratives.

– Location de voiture: Dollar

– Acheter une voiture: nombreux concessionnaires dans la ville de Doral

– Avoir un Handyman sous la main: indispensable quand on achète une maison par exemple, et que l’on doit faire des petits travaux. Il s’agit d’une personne multi-cartes (électricien, paysagiste, plombier…du tout en un), bien moins cher qu’une entreprise nationale.

625447_10202298107476794_1874828164_n

– Téléphone mobile: GoPhone de AT&T, bien pratique au départ (prépayé, sans engagement), sinon plusieurs opérateurs se partagent le marché, AT&T, Verizon, T mobile…

– Acheter des meubles/déco: Ce sera toujours moins raffiné qu’en Europe. Nous on a opté au plus simple pour commencer : IKEA, HOME GOODS, BED BATH & BEYOND, mais il y a de nombreux magasins à découvrir.

SI vous avez d’autres infos, n’hésitez pas à partager! Il y a tellement de choses à dire 🙂

Ah oui et comme promis, voici nos déguisements d’Halloween!

1402333_10100441451374727_1124471648_o (3) photo (2)See you soon!

 

Visa, expatriation: mon parcours

Beaucoup d’entre vous m’ont interrogée sur le type de visa que j’ai, de quelle manière j’ai pu trouver du travail et rester sur le territoire. Petite remontée dans le temps, qui vous éclairera sur les possibilités de venir, d’habiter de travailler ici aux US

ACTE 1 2009-2010

Notre  1ere expatriation, même si en pratique, il s’agissait plutôt un voyage initiatique et aventureux. Notre projet de partir aux US datait depuis quelques années et nous avons profité d’une proposition de travail américaine « free-lance » de mon mari. Il avait auparavant demande un visa O (sportif de haut niveau), un des seuls visas ne nécessitant pas de sponsoring, valide 3 ans !

Pas encore maries à ce moment, j’ai demandé un visa touriste B1-B2 qui me permettait de rester 6 mois consécutif sur le territoire (valable 10 ans), sans possibilité de travailler ou d’étudier.  J’ai pris un congé sabbatique de 11 mois. Nous avons vécu 6 mois à 100 à l’heure, dépensant toutes nos économies, voyageant, sans assurance sante… que du bon temps, sans vraiment réfléchir à long terme.

Bilan, au bout de 6 mois, retour en France sans un sou  (obligation avec mon visa), mais avec la certitude que nous allions repartir et cette fois, dans de bonnes conditions.  Un séjour nécessaire, qui nous a permis de connaitre la ville, la vie à l’étranger et de savoir qu’on était fait pour ça !

533957_10200874876856918_453406083_n photo (2) image 3

ACTE 2 2010-2011

Mon mari a continue son job depuis la France, alternant déplacements aux Etats Unis et travail à domicile. J’ai repris mon travail à la banque et tout s’est remis en place. Sauf que cette envie de partir nous a rongés jusqu’à de nouveau prendre une décision radicale (Décembre 2010) : REPARTIR dans les 8 mois.

Les étapes :

–          Janvier 2011 : Prévenir l’entreprise Américaine de mon mari que nous allions revenir aux US, pour leur plus grand bonheur, et négocier un contrat Full time (plus ou moins CDI) au lieu du Free-lance.

–          Février 2011 : Prévenir ma banque, qu’une fois de plus, j’allais partir, à leur grand désarroi ! Compréhensifs, ils m’ont de nouveau accorde un congé sans solde (on ne sait jamais, toujours assurer ses arrières)

–          Juin 2011 : Nous marier : même si cela était prévu, nous avons avance le mariage civil (comme beaucoup d’expats d’ailleurs) pour que je puisse demander le visa de mon mari (visa O3 conjoint), toujours sans pouvoir travailler ni étudier, mais avec la même durée que lui.

–          Anecdote : je suis tombée enceinte en Mai 2011, en pleins préparatifs. Une grande surprise, qui nous a obligés à prendre une Assurance Sante complète. Un gros moment de stress, de savoir si nous allions être capables de tout faire : suivi de grossesse, élever un bébé tout seuls, sans l’aide de notre famille.

–          Septembre 2011 : Vol Aller simple pour Miami 🙂

Sandy... mon parcours médical par mademoizellemmll P1030547

ACTE 3 2012 et ENSUITE ?

1 an plus tard, que faut-il retenir ?

Janvier 2012 : Notre petite fille Sophia est née, après une grossesse de rêve et un suivi médical convenient. J’ai expliqué quelques anecdotes dans mon blog ici ou . Bien sûr, nous avons eu de grands moments de stress ou de découragements, mais cette petite puce pousse comme une fleur et se sent à la maison ici.

Septembre 2012 : Nous avons demandé la Green card (qui a été validée en Décembre 2012). Un processus rapide au départ, un dossier béton,  jusqu’au fameux moment où la précieuse carte n’est jamais arrivée ! Rien de grave car nous avons notre numéro de résident, mais encore de longues démarches pour la remplacer (toujours en cours). Avec la green card en poche, j’ai pu demander un Permis de travail et chercher !

Février 2013 : Mon 1er job aux US trouve, j’en parle ici et la!

Juin 2013 : L’envie de trouver une maison nous prend. Sophia aime être dehors, et nous on raffole des BBQ ! Bon c’est réducteur mais vous aurez compris, la vie en appart tire à sa fin. Apres quelques semaines de recherche et de visites (ici), nous avons enfin trouve et finalise la transaction !

Septembre 2013 : Et maintenant, quels projets pourrions-nous donc avoir ?

Viva America

Viva America

328611_3046819092189_872995204_o SONY DSC photo 946304_10201571504112164_360382261_n

CQFD : Tout n’a pas été simple (loin de la) mais nous sommes fiers de notre parcours. Et pour ceux que l’aventure tente, foncez mais soyez bien préparés (1 an minimum pour tout faire) et motives !

Je grandis et mon blog aussi!

Voila que mon petit blog devient célèbre !

Aujourd’hui, Je fais l’objet d’un article dans le webzine actis-paris ici: http://www.actis-paris.fr/zoom-sur-le-blog-dune-petite-famille-a-miami/

Merci a l’équipe pour cette petite mise en lumière!

un certain regard sur la vie

un certain regard sur la vie

Je suis toujours ravie de recevoir des messages concernant le blog, c’est très encourageant. Cela permet de sentir l’air du temps, d’évaluer l’intérêt des articles, de ne pas être « trop » déconnectée de la France et des Français. Car vous imaginez bien que 99.9% des lecteurs sont francophones, le blog étant en français 🙂

J’aime les petits commentaires des proches, mais aussi des personnes que je ne connais pas (ou qu’a travers le blog), savoir que l’on peut aider, détendre, faire rire ou rêver. Parfois, je me dis que je raconte ma vie, que les gens s’en fichent…

photo (1)

Mais finalement, l’intérêt n’est-il pas d’abord de faire partager ce que l’on vit, de garder le lien, de prendre plaisir a écrire et a lire ? A chacun d’y trouver son compte, ou pas(sez votre chemin) AHAH

Alors n’hesitez pas, d’ailleurs voici un petit sondage: dites moi tout!

L’anglais et moi : 9 choses à retenir

Parler anglais, pas simple pour nous français, mais cela reste une langue facile à apprendre et à utiliser. Quoi que… depuis 1 an et demi, je le pratique avec plus ou moins de réussite! Take a look:

1-      APPRENTISSAGE : En premier lieu, ce n’est pas parce que je vis dans un pays anglophone que j’ai su parler en claquant des doigts NON! L’apprentissage se fait par étape: au départ, on ne comprend même pas 30% des conversations, ensuite, on comprend mais on n’ose pas parler, parfois, le cerveau dit tout simplement STOP, ASSEZ, ENOUGH! Puis les progrès arrivent… ce processus prend des mois et des mois!

2-      VERBES : L’anglais, ce n’est pas complique, on utilise toujours les mêmes verbes: to come, go, get, put, have, turn, …. OK mais pourquoi  il y a  TOUJOURS un adverbe qui suit?! Up, away, in, on, down, off… je ne sais JAMAIS lequel choisir!! Essayez de dire GET IN ou GET OFF a un Américain, vous verrez, vous n’aurez pas la même réaction….

Can I get an Iced Moka pleaaase ?

Can I get an Iced Moka pleaaase ?

3-      VOCABULAIRE: La encore, c’est en pratiquant qu’on sait quel terme employer. Oui mais voilà, parfois, les gens parlent différemment. Exemple, 2 amis étrangers (ne se connaissant pas), qui vivent aux US depuis +10 ans ne sont pas d’accord quant à l’utilisation de girlfriend dans le contexte : « resto avec les copines ».

L’un me dit que FRIEND est neutre, on ne mentionne pas le sexe, l’âge, la couleur…etc , a moins de vouloir preciser qu’il s’agit d’une petite amie.

L’autre amie me dit que ce mot s’utilise aussi pour parler des amies, copines. En attendant d’être sure, je me contente de FRIENDS et des prénoms !

4-      JOKE: comprenez blaguer en anglais. Les Américains sont très friands de faire une petite Joke en cours de conversation. Bien que je comprenne à présent le sens (il m’a fallu 6 bons mois), il me manque encore la repartie. Je continue donc à sourire ou à rire bêtement sans rien dire en retour. Mais en général, une super repartie me vient 5 min après… un bon début 😉

5-      RADIO : mon conseil pour apprendre efficacement, c’est d’écouter la radio, particulièrement les Talkshow. Bon, de toute façon, la musique diffusée est tellement nulle ou « has been » que j’écoute à présent les talk-shows matinaux en voiture. Cela parle vite, fort, mais c’est un super moyen d’entendre sans forcément tout écouter…le cerveau fait le reste !

La seule (et utile) rubrique ou j’ai encore du mal, et pourtant je me concentre, cramponnée au volant, c’est le trafic : le gars débite 500 mots/minute, surement parce que c’est sa seule minute allouée (CQFD : + il y a de trafic ou d’accidents, moins je comprends…).

On parle anglais en Irelande!

On parle anglais en Irlande!

6-      TRAVAIL : C’est évidemment en travaillant (dans mon entreprise) que j’ai fait les plus gros progrès : on écoute, on apprend, on échange, ça devient chaque jour plus instinctif. Encore une petite appréhension au téléphone, quand j’appelle un fournisseur, les administrations US ou un client que je ne connais pas  … « quel accent va-t-il avoir encore celui-là ? » 

7-      J’ADORE : dire ces mots: Hey guysNonsense, Awesome, Anyway, No way, Really, Are you serious, Congratulations… Oui il y a des mots comme ça qui sonnent bien, que les Américains utilisent beaucoup et pour lesquels  on n’a pas besoin d’en dire plus! Vous constaterez qu’il s’agit souvent d’exclamations (à l’américaine quoi)!

8-      SURNOMS : Tout le monde a un surnom ou un diminutif ici, les William sont des Bill, les Robert des Bob, les Stuart sont des Stu, les Elisabeth sont des Liz ou des Beth. Bizarrement, personne ne m’a donné de surnom ici, surement parce que personne n’a réussi à prononcer correctement mon prénom (ca, j’ai TOUT entendu)!

Alors, lorsqu’on réserve au resto par exemple, mon mari et moi donnons des surnoms  comme «Mr Bono, Mrs Lali… » simple à prononcer et très fun à entendre !! La prochaine fois, j’essaie Mrs Piaf 🙂

photo (2)

9-      FRANÇAIS : je terminerai par dire que la langue française reste ici synonyme de « glamour, style, charme ». Les Américains me disent systématiquement l’unique mot ou phrase qu’ils connaissent en français « bonjour, comment allez-vous, ça va, merci… » et vous pouvez être sûr qu’ils me le disent à chaque fois que je les croise !

Je n’ai pas de 10eme chose mais peut être que vous si !

Bonne journée / Have a great day !