Las Vegas Gateway

Rappelez vous, je vous avais dit que nous avions le projet avec mes copines de Miami d’organiser la bachelorette party de E* (LOL difficile de trouver son prénom) a Las Vegas. Oui cette ville qui ne dort jamais, ou tout est possible, meme le pire 😉 référence aux célèbres films plus ou moins récents….

Rassurez vous, tout s’est bien passé de notre côté, la séjour top, les activités aussi (non, vous n’aurez aucun détail!). Petit retour en arrière:

Le vol de Miami à Vegas dure 5h environ, c’est long n’est ce pas? En fait, on traverse tous les États Unis d’est en ouest. 1ère surprise à l’arrivée, les machines a sous sont déjà présentes à côté des tapis à bagages! Nous avions loué une chambre au fameux hotel Bellagio, en plein milieu du Strip (la rue principale). 2ème surprise, la déception: hôtel vieillot, chambre sans charme et sans grand luxe (pour le prix tout de même!), un monde fou qui empêche de trouver le moindre transat a la piscine… Piscine non chauffée d’ailleurs! La rançon de la gloire me direz vous. Et vous avez raison, car ce célèbre édifice nous a néanmoins charmé (des points positifs heureusement) par son architecture, ses fameuses fontaines musicales, ses multiples piscines (quand on peut y avoir accès), et son fameux casino grandiose. 

   
    
   
    
    
 
Et la suite? Qu’a t-on fait de beau la bas? Nous avions tout organisé à l’aide d’un package acheté avant de venir. Au programme, toujours sans détail 😁, limousine, champagne, show, night club! C’est le paradis des bachelorette parties, tout est extrêmement bien organisé, safe, rien a redire! Le lendemain de la fête, nous nous sommes balladees sur le Strip, visité quelques hôtels dont le fameux Venetian hotel et ses canaux, et sa vieille ville, et son faux ciel, magique et bizarre a la fois!

   

  

  

  

  

  

  

  

  

  

 

Si je devais donner quelques coups de cœur: le brunch du Caesar’s palace (encore hotel mythique), excellentissime, toute la cuisine du monde représentée! Également la visite de l’hôtel Wynn, au nord du Strip, un des derniers hôtels construits, dans un style plus moderne mais toujours magnifique avec des jardins tropicaux luxuriants, un casino flamboyant, un restaurant certes cher mais donnant sur une très belle vue (golf et cascade style chutes du Niagara)!

Bien sur, Vegas, on y passe juste quelques jours, c’est vraiment too much, et il faut sortir de la ville pour y découvrir tous les trésors naturels du Nevada. Mais y a pas a dire, ils savent y faire ces Américains quand il s’agit d’entertainment. 

Un 24 septembre

Il y a un an, tu entrais dans notre vie. Un jour si particulier où nous t’avons découvert, si petit, si doux, rêvant encore dans ta petite bulle protectrice.
Maintenant tu es ce grand garçon derrière qui, il faut courir, qui nous donne ses jouets en allemand « Da », qui nous fait tant rire avec ses dents du bonheur! Joyeux anniversaire Andrea 💜💛❤️💚💙  

Expatriation, migration ou comment bien gerer l’aventure

Pour toutes les personnes qui sont parties a l’etranger (en tout cas, la plupart des gens que je connais), l’aventure commence sur les chapeaux de roue, en terre inconnue. Tout cela parait complique au depart. On me demande souvent comment tout a commence, comment nous avons gere les choses … un petit apercu ci-dessous.

1- Le depart se fait la plupart du temps a l’occasion d’une proposition professionnelle, en contrat local ou expatrie (de plus en plus rare, avec les avantages et le cote « colon qui s’implante »). La preparation et l’organisation demandent entre 6 mois et un an, parfois moins quand le job est a pourvoir en urgent. Si vous n’avez pas de projet solide, ou pas de job sur place, c’est un gros risque de partir, je ne le dirai jamais assez!

2- Bien sur, votre vie actuelle est chamboulee. Si vous etes en couple, le conjoint « qui suit » doit quitter son employeur, les enfants quitter leur ecole, et on fait les au revoirs a la famille, aux amis, a la maison ou l’appart qu’on aimait tant. On se pose mille et une questions sur la langue, les coutumes, l’adaptation au pays…. et bien sur, on se marie a la hate (j’en fait rire beaucoup la je crois), pour que le conjoint puisse suivre avec le visa 😉

Ci-dessous un extrait des nos derniers wekends

3- Une adaptation reussie passe par des bases solides. Si vous avez la chance que votre employeur vous paye votre container de meubles ou vous aide a trouver un logement (et pourquoi pas, prendre en charge une partie), alors c’est deja un gros +. Car il faut sortir les sousous quand on arrive, qui plus est, aux USA. Le tout est de trouver un logement convenable, dans un quartier correct. Prendre une assurance sante, surtout pour les enfants, et trouver ecole ou garderie. Cela prend du temps, et il ne faut pas hesiter a demander des infos aux « locaux » ou francais deja installes.

4- Et ensuite ? Ensuite, tout se met en place petit a petit. Vous vous adaptez a votre nouveau job, vous trouvez vos commerces preferes, vous vous faites des amis, americains, cubains et francais. Votre famille et vos amis vous manquent bien sur. Mais la vie d’avant s’efface tout doucement, tout comme vos habitudes, votre cote raleur, et l’impatience generalisee. Ici on vit a la cool et on enjoy les choses facilement! Et je dis: heureusement! Car c’est ce qui permet de s’adapter a une vie nouvelle sans trop regarder en arriere. Idyllique n’est ce pas? Oui mais c’est aussi de l’obstination car il y a le revers de la medaille et les contraintes liees au pays. Je ne raconte pas les sueurs froides liees aux factures, la perte d’emploi, le manque de vacances, l’instabilite du visa… tout cela, j’ai connu et beaucoup autour de nous egalement.

Ci-dessous, notre weekend avec Marie et sa petite famille (qui vous parlera de son experience bientot dans le blog)

5- Le retour. Alors vous rentrez? Tout depend de votre visa au depart.. Si c’est une mission temporaire, quelques mois avant, il faut tout recommencer et repartir a l’etape 1! Pas facile mais on est forme a ca maintenant. Et si on restait ? Croyez moi, on se pose regulierement cette question. De notre cote, nous avons une green card mais elle ne fait pas tout, surtout elle ne garantie pas l’emploi, ne paie aucune facture, ne vous donne pas de vacances, et ne cuisine pas francais 🙂 Tant que nous n’avons pas la citoyennete, un gros faux pas, et c’est retour illico en France.

Avec le temps, avec l’experience acquise, on a encore plus soif d’aventure. Et on s’endurcit, on resiste plus longuement aux epreuves et on rebondit! De notre cote, on aimerait poursuivre l’aventure ici encore, mais on est conscients des difficultes et des opportunites a saisir. On est partis a deux, avec un seul job, un visa, pas de container ni de logement …. et nous voila 4, avec 2 jobs en ayant change plusieurs fois, une green card, une maison a nous…. et toujours pas de container retour 😉 Regulierement, on se dit qu’on va rentrer, que ce sera plus facile, et pourtant on est encore la 5 ans apres !!

Dans mon prochain article, je laisse la parole a Marie, une amie francaise, qui vous parlera de son aventure ici aux US.

Erika, l’ouragan qui n’eut jamais lieu

On fait les malins aujourd’hui! Mais toute la précédente semaine fut consacrée à tracker Erika, la méchante, qui devait nous toucher ce weekend, nous, Miami, qui n’avons pas enregistré d’ouragan depuis 10 ans! Et à qui on prédit tous les ans le BIG ONE. Et bien pas encore cette fois les gars!

Ce matin, à peine le petit déjeuner avalé, nous avons pris la direction du sud de Miami Beach pour voir cette fameuse tempête, vêtus en bons bretons sans les bottes! Beaucoup de vent oui, des surfeurs à l’eau, des vagues (petites), des curieux comme nous et des sauveteurs parés de leur plus beau jet ski. Une ambiance fin du monde assez excitante à vrai dire 🙂

DSCF0749 DSCF0752 DSCF0756 DSCF0758 DSCF0763 DSCF0765 DSCF0766 DSCF0772

Une bonne occasion pour Andrea, 11 mois tout juste, de gambader, que dis-je courir dans ses toutes premières sneakers (trop fière la mummy). Un bon concurrent pour sa soeur pourtant adepte du 200m haies! Ni le vent contraire, ni la pente ascendante/descendante n’ont eu raison des petites jambes Duracell.

DSCF0776 DSCF0781 DSCF0782 DSCF0789 DSCF0792 DSCF0794 DSCF0797 DSCF0798 DSCF0804 DSCF0806 DSCF0807

On a donc passé un weekend chaud, humide, venté et pluvieux,… et un petit peu gourmand avec ce déjeuner excellent du Bistro Cassis, à Midtown. On revient aux classiques steak tartare et salade de chèvre chaud avec plaisir yummy! N’oubliez pas, en ce moment c’est Miami Spice.

Bistro Cassis

Excellent steak tartare, mais pas assezzzzz

Excellent steak tartare, mais pas assez

pour moi!

pour moi!

Quiche lorraine pour mademoiselle

Quiche lorraine pour mademoiselle

Sur ce, je vous souhaite une bonne soirée, une bonne nuit, une bonne journée, où que vous soyez. Et nous, on surveille de près la prochaine tempête.. actuellement c’est Fred, au large des Açores.

Flaner a Lincoln Road

Quel bonheur de se retrouver au complet…. enfin! C’est toujours emouvant de voir nos petits bouts de chou ouvrir de grands yeux tout rond lorsqu’ils (re)voient leur papa apres des semaines d’absence. Ca me rappelle parfois les videos des Marins Americains quand ils sont de retour au pays en heros (ahah).

Bref, un weekend comme on les aime, quelques heures a la plage, le temps de devenir rouge pivoine. Un petit apercu de Sophia chasseuse de mouettes (admirez la pointe de vitesse)!

Ensuite, direction South Beach et Lincoln Road, manger un bon Burger juteux a Balans. Pas beaucoup de monde en cette veille de rentree scolaire, chouette.

IMG_8517 IMG_8519 IMG_8521 IMG_8522 IMG_8524

Ca vous dit de vous promener avec nous ? Alors allons y! Quelques cliches de cette rue pittoresque et unique. C’est tres touristique mais de temps en temps, on a besoin d’y revenir.

Et flaner (digerer) devant les boutiques aux looks les plus divers :

Anthropologie et sa tres belle deco

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Allsaints et ses fameuses machines a coudre d’epoque (moi je prefere leur carrelage!)

Nespresso sans George…

La galerie Britto, artiste bresilien bien connu ici (style reconnaissable).

Bref, un tres beau dimanche, termine par la visite de la select Star Island, l’ile des Millionnaires. Parfois, la garde vous laisse entrer quelques minutes dans la rue (la seule) de cette petite ile fabriquee. On a tente notre chance et j’ai pu prendre quelques photos des portails (LOL), impossible d’apercevoir une star, un jardin ou une villa ouverte…. Damn