1ère semaine au daycare = stupeurs et tremblements!

Avant de vous parler de ma première semaine de travail (dans un prochain article), priorité aux enfants! Coquinette et la crèche américaine, c’est « je t’aime, moi non plus ».

JOYEUSE – Lundi matin donc, nous nous sommes pomponnées pour notre 1er jour de vie active! Sophia, ravie de poser pour papa/photographe, en tenue de circonstance, lunch bag et bedtime bag non loin. Très vite, lorsque je suis partie au travail, elle a commencé à se demander ce qu’il se passait … Et moi? Et bien, j’étais plus stressée pour ma fille que mon boulot!

DSCN0793

Business casual

CHAGRIN – En arrivant à la crèche, après un rapide coup d’oeil aux nannies et aux enfants présents, Coquinette a tout de suite compris que, ça y est, le quotidien sans contrainte, c’est fini! La vie en communauté commence. Papa a enduré courageusement la crise de larmes « je ne veux pas rester ici » que tous les parents connaissent au départ… 😦

ADAPTATION – Finalement, c’est pas mal ici! La directrice nous a confirmé que Coquinette s’adaptait très bien au rythme de la journée: Activités le matin, Lunch, Sieste sur un petit matelas l’après midi et Jeux en extérieur. C’est la seule de son groupe à ne pas encore marcher mais elle a fièrement suivi en 4 pattes les enfants, pour aussi retirer un à un, leur sucette « c’est pour les bébés » 🙂 – Les nannies ont accepté avec plaisir de prendre quelques photos de Sophia, regardez:

DSCN0798

Comme au bed & breakfast

DSCN0799

le pouce « forever »

Qui aurait imaginé qu’elle dormirait comme une bienheureuse loin de son lit de princesse et de ses peluches fétiches? Soulagement pour nous!

INÉVITABLE – Oui mais voilà, la crèche apporte son lot de microbes: à la fin de cette semaine, de la fièvre pour notre puce et un nez qui coule. Moi qui pensait que les nez morveux, c’était chez les autres enfants, je suis servie! Ce weekend a été composé de 4 heures de sommeil sauce Doliprane. Allez, courage, il paraît que c’est normal!

BILAN – Coquinette s’adapte rapidement dixit la directrice, elle a joué avec les autres enfants, essayé de suivre le rythme; on est super fiers! Côté difficile, la nourriture, que Sophia mange peu (est ce que c’est bon, mixé, bien donné?) et le « nid à microbes » inévitable…c’est bon pour l’immunisation apparemment! mmmhhh

Où sont les clés de voiture ?

Où sont les clés de voiture ?

Je m'instruis

Je m’instruis

Et les parents? Et bien, nous on a des progrès à faire sur le timing pour;

– ne pas courir dans tout l’appart le matin, brosse à dent dans une main, lunch bag dans l’autre

 

– apprendre l’espagnol pour tenir la discussion avec les Nannies, être plus diversifié que « Hola », « Bueno » et « Si »

– accepter les larmes du matin et l’uniforme taché de légumes du soir,

– accepter surtout SURTOUT la coiffure palmier-houpette systématique!

Ça c’est rude 🙂

Publicités

Recherche crèche désespéremment…

Alors voilà, je vous explique:

Coquinette aura 1 an dans 1 mois et demi ; elle a bien profité de sa maman et de son papa, des ballades en poussette, des parcs et autres magasins. Dans quelques semaines, voire quelques mois tout au plus, j’aurai un permis de travail (enfinnnnnnn!!!), ce qui signifie que je serai disponible sur le marché du travail avec un boulot à la clé (j’espère!). Bon, je ne me donne pas de délai pour trouver mais…

La plage, ça va 5 minutes…

Ceci pour expliquer les choix qui s’offre à nous pour le mode de garde:

* le papa : OK le papa a un emploi du temps aménagé mais garder une petite fille sur un bateau, très peu pour lui… et pour elle!

* la nounou: indispensable en garde occasionnelle, pour nous délivrer de notre rôle de parents le temps d’un resto, d’un ciné ou d’un cocktail au consulat français! Il faut compter du 12$ heure en moyenne. Mais on oublie pour la garde en full time, à moins de vider sa bourse de 400$ semaine minimum!

* la crèche ou daycare: Après avoir visité une dizaine d’entre elles, à Miami Beach, Downtown, Coconut Grove, Doral… tous les quartiers de Miami, je peux vous dire qu’on trouve de tout! On a l’impression qu’elles n’obéissent à aucune loi (sauf celle de la jungle).

Un petit récapitulatif s’impose pour délier ce sac de noeuds:

1- Emplacement: L’important est de trouver une crèche pas trop de loin de son domicile ou travail, afin de pouvoir récupérer son enfant dans de bonnes conditions. Le trafic, la pluie (ici = inondations!), les quarts d’heures facturés en plus, sont autant de points à prendre en compte!

2- La crèche en elle-même: faire attention à l’espace alloué au enfants, et aux classes. En général, elle accueille des enfants âgés de 3 mois à 4 ans ( la maternelle débute à 5 ans ici!). Autant privilégier des crèches avec un jardin, des classes fermées (groupes: infants, toddlers, pre-school) ou des open spaces pas trop open justement. Parfois, les lieux sont tellement propres qu’on à l’impression d’être à l’hôpital : on rentre avec des protections chaussure, on utilise l’antibactérien toutes les 2 minutes, rassurant mais flippant aussi, On deviendrait presque hypocondriaque!

3- Encadrants ou Teachers: compter 1 encadrant pour 4 enfants, pas plus. Au-delà, c’est le capharnaüm. Certaines crèches ont un enseignement religieux (juif surtout), d’autres se rattachent à un mouvement éducatif (Montessori). Il faut faire le tri! Point positif: très peu de délai d’attente, de quelques jours à quelques semaines.

Je veux étudier!

4- Prix: cela varie entre 100$ et 250$ semaine, selon les activités proposées, le quartier, le rattachement à la Ville/Etat/Gouvernement. Une « bonne » crèche coûte environ 750$. A cela, se rajoute les frais d’inscription et de matériel, éventuellement l’uniforme (t-shirt et short so cute), le repas du midi.

Autant dire que c’est cher. On oublie les allocs, ça n’existe pas. Ici, c’est comme tout, il faut payer pour avoir de la qualité. De notre côté, nous avons repéré 2 ou 3 crèches qui conviendraient, reste à faire LE choix en fonction de mon futur lieu de travail. Et à la façon dont Coquinette regardait tout ce petit monde évoluer lors de nos visites, pas de doute, ce qu’elle veut elle, c’est être avec les enfants…. on a intérêt à faire le bon choix!

Je vous tiens au courant!